60 rue Cambronne - 75015 PARIS - Métro Cambronne - Tél : 01 53 58 57 57


info@paradox-voyages.com

Paradox Voyages - Agence de voyages à Paris pour les particuliers et les professionnels

Une équipe d’agents de voyages disponible du lundi au vendredi de 09h00 à 19h00

  
  
Paradox Voyages partenaire d'Air France les offres de séjours (affaires ou loisirs) au meilleur prix

Les Séjours Fabuleux
Air France - Paradox Voyages

Un Français condamné à six mois de prison en Thaïlande pour une simple histoire de passeport!!!
peter-bauve
Un ressortissant français de 33 ans, Peter Bauve, est détenu depuis le 30 avril à Samut Prakan Central Prison, en Thaïlande, rapporte L’Echo républicain. Il a été condamné, pour falsification de passeport, à un an de prison, dont six mois avec sursis.

Peter Bauve, qui a réalisé toute sa scolarité à Luisant, est détenu, depuis le 30 avril, à Samut Prakan Central Prison, en Thaïlande. Il a été condamné, pour falsification de passeport, à un an de prison, dont six mois avec sursis.

Né en Corée du sud en 1982, Peter Bauve a été adopté à l’âge de 9 mois. Depuis dix ans, il travaille dans une banque, à Paris.

Sa mère, Marie-Hortense Bauve, clame l’innocence de son fils. Localement, les anciens élèves du lycée Silvia-Montfort et de l’école Saint-Éxupéry, à Luisant, manifestent leur soutien, notamment via les réseaux sociaux.

Tout commence, début février, lorsque Peter atterrit à Bangkok pour rejoindre sa compagne thaïlandaise, Foey, pendant quinze jours. Dans son récit, Marie-Hortense Bauve met en cause un représentant des forces de l’ordre locales : « Mon fils est tombé dans les griffes d’un policier corrompu. »

À son arrivée dans le pays, son passeport est valide jusqu’au mois de juin alors que la législation thaïlandaise exige une date de fin de validité de six mois minimum. Peter Bauve ne l’ignore pas mais, selon sa mère, il n’a pris conscience de ce problème de validité qu’à son arrivée à Bangkok.

« Ils sont 76 mecs dans 30 m2″

Elle affirme : « Pendant qu’il est retenu de longues heures à la police des frontières, quelqu’un a modifié la date de fin de validité. Le 6, correspondant au mois de juin, s’est transformé en 8, correspondant au mois d’août. »

Peter Bauve explique à sa mère « qu’on a cherché à lui faire peur et à lui soutirer de l’argent. Il a été forcé par le policier à payer un million de baths, soit plus de 25.000 euros ». En versant cette somme, Peter Bauve pense acheter sa liberté, assure Marie-Hortense Bauve.

Pour autant, une procédure est engagée pour falsification de passeport. Il ne peut quitter le territoire thaïlandais et est convoqué par la justice trois mois plus tard, le 30 avril.

Le trentenaire se résout à plaider coupable, poursuit sa mère : « Il se sentait dans l’incapacité de prouver que la surcharge du passeport n’était pas de son fait » et espère, en agissant ainsi, diminuer sa peine de moitié. La décision tombe : un an de prison, dont six mois ferme. « Il a été conduit immédiatement en prison. »